Nature et scoutisme
Responsable et autonome grâce à la vie en pleine nature

Accueil > Débats de fond > Développement des groupes locaux EEDF (à partir d’expériences de la région de (...)

Développement des groupes locaux EEDF (à partir d’expériences de la région de Lyon)

samedi 15 mai 2010

C’était le bon temps...

Dans sa phase d’extension, l’association était sollicitée par des personnes souhaitant créer des activités ici ou là. Il pouvait s’agir de personnes qui déménageaient ou simplement de personnes qui connaissaient l’association et avaient envie de développer une nouvelle antenne. Après passage par les centres de formation, des structures étaient créées. On commençait généralement par des Unités pilotes, voire même une seule ’patrouille libre’ (équipage)... Aujourd’hui, l’association n’est pas très connue et le scoutisme n’a pas une bonne image au sein des personnes proches de l’Éducation Populaire (le public potentiel des EEDF). De même, après avoir été très implanté au sein de l’Éducation Nationale (jusque dans le ministère), l’association doit faire face à des écoles où le Conseil d’École est souverain, même au-delà des intentions du ministère. Lorsque ce ne sont pas les inspecteurs de l’Éducation Nationale qui vont à l’encontre des indications du ministère, ce sont les Conseils d’École qui refusent la diffusion d’informations à l’intérieur des établissements scolaires. Aujourd’hui, on voudrait que l’École redevienne un lieu de neutralité... alors même que laïcité exclue prosélytisme ou propagande. On demande donc un lieu de neutralité totale qui rend caduc l’Éducation Nationale comme relais de l’association (alors que les associations confessionnelles bénéficient de leurs réseaux...). Depuis 10 ans, des liens se recréent mais la transformation de l’École Normale en IUFM avait déjà réduit la proximité avec les associations d’Éducation Populaire alors la disparition pure et simple des IUFM...

Pas de développement spontané et plus vraiment de relais au sein de l’Éducation Nationale ou même de l’Éducation Populaire ! L’association doit vraiment avoir une stratégie de développement propre pour alimenter ses groupes locaux qui restent le cœur du projet éducatif, les autres propositions (services vacances, l’École de l’Aventure...) étant des déclinaisons de celui-ci [1].

Les expériences passées (années 1990 / 2000)

Expérience du développement par les enfants : piste basique
La stratégie la plus basique consiste à faire de la communication sur l’association pour faire venir des enfants. Pour les animateurs, on met en avant la possibilité de se former au BAFA. Généralement, on trouve des enfants pour la branche louveteaux et quelques animateurs. L’aire de recrutement est souvent assez large et l’ancrage local relativement limité. Il est en revanche plus difficile de trouver des parents et l’équipe est complètement dépendante du professionnel. Elle ne peut à la fois se former à l’animation et au scoutisme EEDF en un an ou deux. Il n’y a par ailleurs aucune garantie de trouver parmi les parents suffisamment d’adultes prêts à s’investir. Le professionnel reste alors indispensable aussi bien pour les aspects administratifs que pédagogiques. Et la situation devient intenable. Au bout de deux ou trois ans, la structure ferme (ex. Villefranche-sur-Saône, groupe « les Pierres Dorées » entre 1993 et 1995).

Une solution possible : on va chercher parmi les jeunes « anciens » (jeunes trentenaires qui étaient investis sur des groupes locaux) une ou plusieurs personnes qui voudront bien accepter de lancer le groupe et préparer le relais du professionnel.

Expérience du développement par les enfants : piste basique bis
La piste basique bis reste la même que la précédente mais avec l’appui de ce bénévole. Le résultat est cependant le même. Le bénévole s’use rapidement et au bout de deux ou trois ans, la structure ferme (ex. Saint-Genis-Laval, groupe Beauregard entre 1994 et 1997).

Conclusion des pistes basiques
- Il faut investir des anciens mais il faut aussi former sur place des animateurs et des membres de l’équipe de groupe pour assurer la relève
- Parmi les enfants qui participent aux activités, il n’est pas garanti d’avoir suffisamment de parents prêts à s’investir
- Les parents prêts à s’investir n’ont pas forcément d’ancrage local donc on ne développe pas nécessairement un réseau qui permettra la pérennité du groupe

Expérience du développement par les parents : piste 1
Par la suite, on a cherché à travailler plus en amont : constituer l’équipe de groupe avant de l’ouvrir. Cette piste devait permettre de s’assurer que les personnes recrutées aient un ancrage local qui faciliterait les relations avec la municipalité et favoriserait le recrutement d’enfants et d’animateurs. Un groupe constitué dans cette perspective a été plus pérenne (groupe de Caluire-et-Cuire entre 1999 et 2004) mais le groupe n’a pas réussi à basculer vers l’étape du renouvellement interne (le groupe vit assez longtemps pour que des aînés passent animateurs).

Expérience du développement par les parents : piste 2 (Éducation Populaire)
Pour trouver des militants, quoi de plus simple que de les chercher parmi les réseaux de militants (en l’occurrence, ceux qui sont proches de l’Éducation Populaire !) ?! Problème : les militants ne sont pas très disponibles... D’autres le sont-ils plus ? C’est sur ces bases que s’est créé le groupe « Laurent Mourguet » du Val-de-Saône.

Conclusion : des pistes pour le développement
- Le développement fonctionne par réseau mais attention à la disponibilité des militants
- Le développement fonctionne par ancrage local
- Certains groupes ont fait appel à leurs anciens. Les lieux où on cherche à créer des groupes ont souvent abrité d’anciens groupes. Pourquoi ne pas chercher les anciens du groupe local qui a fermé ?
- Les liens avec l’Éducation Nationale se sont distendus au fil du temps. Mais si on maitrise bien la pédagogie (cas des professionnels), on devrait pouvoir convaincre les enseignants sur des projets précis. Pourquoi ne pas développer directement au sein de l’Éducation nationale ?!

Stratégie possible : développement par une Unité-Projet (louveteaux)

Choix du lieu
- Choix d’une commune où on peut utiliser facilement un endroit « naturel » (parc...)
Par repérage satellite pour le Rhône : Villefranche-sur-Saône, Caluire-et-Cuire (parc de Montessuy) et la plupart des communes de la première ou deuxième couronne : Francheville, Marcy-l’Etoile (parc de Lacroix-Laval), Vénissieux, Saint-Priest...

- Choix d’une commune où on pourrait éventuellement récupérer un terrain d’activité [2]
Idem : repérage satellite

- Choix du lieu : une commune où il y a déjà eu un groupe [3] pour tenter de mobiliser le réseau d’anciens
Dans le Rhône : Villefranche-sur-Saône (1955 – 1988 et 1993 – 1995), Caluire-et-Cuire (1969 – années 1980 et 1999 – 2004), Lyon Croix-Rousse (1912 – 1987), Neuville-sur-Saône / Trévoux (1961 – 1985).

- Autre considération : maillage du territoire, présence de membres actifs motivés, demande exprimée (parent, institutionnelle...)
A voir au cas par cas et en fonction des critères précédents.

Étape préalable
- Contacts avec les anciens
Le contact avec les anciens peut avoir pour perspective l’organisation d’un anniversaire du groupe, des EDF, des EEDF... (à voir le cas échéant). La perspective est de remettre en contact des gens qui ne se côtoient peut-être plus mais peuvent être des ressources particulièrement intéressantes : techniques, connaissent des animateurs, ont des enfants ou petits-enfants, fréquentent d’autres réseaux (Éducation Populaire ? Éducation Nationale ? Réseau associatif local, voire para-municipal : comité de jumelage...). Il pourrait être intéressant que l’échelon régional ou départemental fasse ce travail sur plusieurs lieux en même temps, ce qui permettrait de croiser les résultats obtenus avec les autres contacts menés pour l’étape préalable [4].

- Contacts avec la commune
On peut contacter les communes sur lesquels on envisage de (re)créer un groupe en mettant en avant un certain nombre de critères à même de les séduire : mise en avant des valeurs en fonction de la municipalité et/ou de la laïcité, de l’écocitoyenneté, de la responsabilisation... insister sur le développement durable, l’alimentation et la prise en main de la vie quotidienne et le fait d’assumer des responsabilités.

- Contacts avec les réseaux d’Éducation Populaire
Idem mais peut-être plus plus insister sur les valeurs puisqu’elles fondent le socle commun.

Situation idéale pour les débuts du groupe

- 1 local dédié au groupe (1 salle matériel + 1 ou 2 salles d’activité, 1 bureau/salle de réunion)

ou (voir Jamais sans mon local (installation et coût des WE, camps...) !)

- 1 salle d’activités (pour les mauvais jours) mise à disposition par la municipalité
- 1 terrain d’activités mis à disposition par la municipalité ou par un particulier
- 1 local matériel (pas indispensable au début si la région prête le matériel) mis à disposition par la municipalité ou par un particulier

- 1 équipe de 4/5 parents pour l’administratif et qu’on forme au fur et à mesure à la pédagogie
- 2/3 animateurs qu’on forme au fur et à mesure, notamment en faisant des activités avec d’autres groupes mais pas toujours les mêmes !
- 2/3 jeunes « anciens » pour encadrer les jeunes animateurs, aider les parents et le professionnel
- Quelques anciens pour entretenir le réseau et faire des formations techniques
- Des enfants (en fonction des moyens, voir à limiter à un cercle de louveteaux plutôt que de faire une unité lutins/louveteaux où tous ne se retrouveront pas forcément [5]...) !

Cette configuration est particulièrement exceptionnelle mais voici les éléments indispensables :
- l’équipe de groupe
- les animateurs
- une salle mise à disposition
- un terrain d’aventure (même si ce n’est au début qu’un parc public)

Stratégie pour assurer pérennité et qualité pédagogique
Partir avec d’autres groupes (choisir des groupes solides sur le plan pédagogique) mais changer chaque année pour ne pas tisser des liens d’interdépendance (qui risquent d’être défavorables au groupe en création !). Ex. on ne recrute pas de directeur ou d’intendant parce que l’autre groupe en a.

Difficultés envisageables
- Le renouvellement « naturel » ne sera pas possible avant 8/10 ans (passage aux éclés puis aux aînés avant de devenir animateur)...
- Préparer le départ du salarié : gérer le turnover au sein des équipes, particulièrement pour les animateurs → faire appel à de jeunes « anciens » !
- L’objectif du professionnel pourrait être d’avoir obtenu la situation idéale décrite ci-dessus au bout de deux ou trois ans maxi.

Stratégie possible : développement par un « équipage pilote » dans un collège

Cette stratégie peut s’appuyer sur le réseau créé autour de la proposition pédagogique « l’École de l’Aventure ».

Par « équipage pilote », on entend pousser la réflexion de l’Unité-Projet encore plus loin. On part ici sur l’idée de créer un équipage isolé !

Choix du lieu et étape préalable
Choix d’une commune où un collège est ouvert à l’idéeÉventuellement, début par formation des délégués de classe (proposition « École de l’Aventure »)

Situation idéale pour les débuts du groupe
1 salle mise à disposition pour les réunions de l’équipage (salle de classe entre midi et deux ?)

Stratégie pour assurer pérennité et qualité pédagogique
Diminuer progressivement la présence du professionnel au profit d’une préparation en autonomie des jeunes (salle mise à disposition par le collège qui se charge de la surveillance ? Usages des TIC ?)
Trouver un local matériel accessible même en dehors des horaires d’ouverture du collège (pas indispensable au début si la région prête le matériel) mis à disposition par la municipalité ou par un particulier
Trouver un terrain d’activité accessible même en dehors des horaires d’ouverture du collège mis à disposition par la municipalité ou par un particulier
Trouver une salle d’activités (pour les mauvais jours) accessible même en dehors des horaires d’ouverture du collège : mise à disposition par la municipalité ? Chez quelqu’un (mais attention aux assurances) ?

Difficultés envisageables
Obtenir la confiance d’un collège (en lien avec la proposition « École de l’Aventure »)Préparer la deuxième étape où la liaison assurée par le professionnel entre les temps au collège et les temps d’activité ne pourra plus se faire avec des bénévolesSi des enfants adhèrent, convaincre les parents pour les temps hors collège (+ adhésion/cotisation [6])

Conclusion

Les deux stratégies ne sont pas antinomiques...Les postes professionnels potentiels d’une région EEDF seraient :

1 professionnel « historique de l’association et des implantations locales / archives vivantes » qui chapeaute une équipe de bénévole.
Objectifs :
- connaître l’historique des groupes actuels et passés
- connaître l’historique de l’association au niveau régional (dont les conflits associatifs, pédagogiques...)
- reconstituer des réseaux d’anciens pour « alimenter » l’AAEE et les groupes locaux

1 professionnel « l’École de l’Aventure ».
Objectifs :
- organisation de classes vertes
- formation des délégués de classe

1 professionnel « Publics en difficultés sociales » et « secteurs vacances »
Objectifs :
- organisation de séjours ouverts
- vie d’un groupe local de « quartier »
- …

1 animateur permanent
Objectifs :
- s’occuper des relations institutionnelles, subventions...
- coordonner l’équipe de professionnels
- garant de la formation de qualité EEDF
- garant de l’animation régionale

Notes

[1… ce qui ne signifie pas que ces secteurs soient secondaires mais sans groupes locaux de qualité, ils ne pourront plus vraiment avoir de légitimité...

[3… qui a vécu au moins 10 ans et qui a fermé il y a moins de 30 ans ou qui a fermé il y a moins de 10 ans.

[4Pourquoi ne pas créer une équipe d’historiens avec un professionnel (type service civil, si c’est possible) charger de faire l’historique départemental ou régional. Tous les contacts créés à cette occasion seraient autant de moyens de faire rayonner l’association...

[5Il s’agit de la proposition « Unité-Projet » (évoquée dans l’Aventure Aînés p. 34 même si ça concerne toutes les Unités !!). Les Dossiers de l’animation, n°40 (http://www.laboutiqueecle.com/francais/ficheprod.asp?page=0&cat=4&scat=33&numprod=284).

[6On peut privilégier dans un premier temps les assurances temporaires...

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | "Oursbavard" - Diverses facettes de l’écocitoyenneté en lien avec l’autonomie et la responsabilité. | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © styleshout sous Licence Creative Commons Attribution 2.5 License